Santé mentale

Acheter : Thérapie-emplettes ou folie des achats?

Êtes-vous accro du magasinage?

Êtes-vous accro du magasinage?

Toutes les personnes qui ont amadoué un ami pour aller voir le film Confessions d'une accro du shopping, levez la main. Oui, moi aussi. Pas du matériel pour un Oscar, mais tout de même acceptable.

L'héroïne de cette comédie inspirée du succès de librairie de Sophie Kinsella, Rebecca Bloomwood, est si adorable qu'on oublie presque ses milliers de dollars de dettes sur cartes de crédit, l'enchaînement de mensonges qui met ses relations avec les autres en péril et son déni catégorique de sa dépendance au magasinage.

L'actrice Isla Fisher interprète de manière splendide le rôle et les circonstances désespérées d'une femme accro du magasinage et montre quelques comportements classiques de la dépendance au magasinage, par exemple :

  • passer beaucoup de temps à magasiner et à dépenser;
  • avoir une excuse pour chaque sortie de magasinage et chaque article acheté;
  • se sentir euphorique après avoir fait un achat, seulement pour sombrer dans la culpabilité et la honte une fois l'euphorie passée;
  • être incapable de cesser de magasiner même si cela fait du mal aux proches.

Cela vous dit quelque chose?

L'obsession de Rebecca pour une écharpe verte est particulièrement mémorable. Elle la voit dans le cou d'un mannequin en se rendant à une entrevue d'emploi et se convainc que cette écharpe lui donnera exactement l'avance nécessaire pour obtenir l'emploi dont elle a désespérément besoin pour payer ses dettes. En outre, puisque le prix de l'écharpe dépasse largement ses moyens, elle divise le montant de cet achat entre plusieurs cartes de crédit, déterminée à se la procurer même en s'endettant encore plus.

Évidemment, comme dans toute bonne comédie, certaines situations sont exagérées pour faire rire, mais si les comportements de Rebecca vous semblent familiers, il serait peut-être temps de vous demander si vous avez une dépendance au magasinage ou si vous êtes en voie d'en acquérir une.

Outre les types de comportements déjà mentionnés, il y a d'autres signaux d'alarme :

  • ne pas pouvoir se limiter à l'achat d'articles précis et avoir un besoin irrépressible d'en acheter d'autres;
  • avoir une garde-robes pleine de vêtements jamais utilisés et portant encore l'étiquette de prix;
  • magasiner chaque fois qu'il vous faut un remontant ou que vous êtes d'humeur déprimée ou en colère, ou que vous avez peur;
  • cacher vos achats et vos excursions de magasinage à vos parents ou à votre partenaire;
  • passer de plus en plus de temps à penser au magasinage et à en faire;
  • s'endetter à cause de tous ces achats et être incapable de s'en empêcher malgré le désir de limiter les dépenses;
  • se faire dire par les commerçants de ne plus fréquenter leurs magasins.

Quel beau scénario de film! Par contre, pour la personne ordinaire qui souffre d'une dépendance au magasinage, la situation est beaucoup moins glorieuse et se traduit plutôt par de l'anxiété, de la culpabilité et de la détresse. En fin de compte, la personne qui a une dépendance au magasinage n'est pas plus heureuse après une tournée des magasins qu'elle ne l'était avant.


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2017 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens